Grand débat en ligne : quels territoires ont contribué et sur quels thèmes ?

Résultats scientifiques
Economie/gestion

De par ses modalités et son périmètre inédits, le Grand débat national fournit un matériau de recherche unique pour analyser les déterminants de la mobilisation politique via des modes de participation novateurs. L’étude menée par Hamza Bennani, Pauline Gandré et Benjamin Monnery — tous trois membres de l’unité EconomiX (UMR 7235, CNRS / Université Paris Nanterre) — concerne la consultation en ligne organisée sur la plateforme Granddébat.fr, qui proposait aux contributeurs de s’exprimer autour de quatre thèmes préétablis : fiscalité et dépenses publiques, transition écologique, citoyenneté et démocratie et organisation de l’État et des services publics. Cette étude a donné lieu à la publication d’un document de travail intitulé « Les déterminants locaux de la participation numérique au Grand débat national : une analyse économétrique ».

Plus de 254 000 contributeurs uniques, identifiés par leur adresse courriel, ont répondu à des questionnaires détaillés. Le recensement des codes postaux de ces contributeurs  a permis aux chercheurs de calculer, dans une première étape, un taux de contributeurs pour 100 000 habitants dans chaque département français. Cette variable est caractérisée par une très forte hétérogénéité spatiale. En effet, certains départements affichent  un taux de participation plus élevé que la moyenne nationale de 354 contributeurs pour 100 000 habitants : c’est, par exemple, le cas de Paris, avec un taux de 769 contributeurs pour 100 000 habitants, ou des Hautes-Alpes, avec un taux de 617 contributeurs pour 100 000 habitants. Au contraire, d’autres départements présentent un taux de contributeurs inférieur à la moyenne nationale comme la Seine-Saint-Denis et le Pas-de-Calais, avec un taux de contributeurs respectif de 160 et 183 pour 100 000 habitants ; c’est également le cas pour l’ensemble des DOM, avec un taux de contributeurs pour 100 000 habitants allant de 15 à 102.

Dans une seconde étape, à partir de l’estimation de modèles de régression linéaire, les chercheurs ont montré que cette hétérogénéité peut s’expliquer par des déterminants locaux. En contrôlant simultanément différentes variables économiques, démographiques et politiques, il apparaît que deux variables départementales expliquent fortement le taux de participation, toutes choses égales par ailleurs : le  niveau de vie médian et le taux de diplômés du bac et du supérieur parmi la population départementale de plus de seize ans. Par ailleurs, les résultats montrent qu’il existe une association positive entre la participation départementale et la part de la population de plus de soixante ans et une association négative entre la participation et les inégalités de revenus.

Des différences départementales existent également quant aux thèmes qui ont suscité le plus d’intérêt, les contributeurs pouvant choisir de ne pas répondre à tous les questionnaires. Ces disparités ont été mises en évidence en calculant l’écart relatif entre le taux de contributeurs sur un thème donné et le taux moyen de contributeurs sur les trois autres thèmes, ce qui fournit une mesure de l’intérêt relatif porté à un thème particulier.

Grand débat

Cette hétérogénéité s’explique également par des caractéristiques économiques, démographiques et politiques locales. Ainsi, les contributeurs se sont particulièrement saisis du thème de la fiscalité et des dépenses publiques dans les départements ayant des niveaux de vie et des taux de fiscalité locale élevés. L’intérêt porté au thème de la citoyenneté et de la démocratie décroit, quant à lui, selon le taux d’abstention au premier tour de la présidentielle de 2017. Par ailleurs, les départements qui ont manifesté le plus d’intérêt pour le thème de l’organisation des services publics et de l’État sont à la fois ceux où la densité de population est la plus faible et où la population est la plus âgée, et ceux qui ont le moins accès à une connexion Internet haut débit.

Cette étude révèle donc que la participation au Grand débat en ligne est caractérisée par de fortes disparités géographiques, qui sont associées à des profils socio-démographiques départementaux distincts et, par conséquent, à des thèmes de prédilection différents.

Référence

Bennani H., Gandré P. et Monnery B. 2019, Les déterminants locaux de la participation numérique au Grand débat national : une analyse économétrique, Document de travail EconomiX, n° 2019-7.

Contact

Hamza Bennani
Maître de conférences en sciences économiques, EconomiX
Pauline Gandré
Maître de conférences en sciences économiques, EconomiX
Benjamin Monnery
Maître de conférences en sciences économiques, EconomiX